Dans quelles conditions se crée la fourrure ?

La fourrure est aujourd’hui un élément dans la confession des vêtements et qui vient donner du charme à divers accessoires. Cependant, plusieurs personnes ignorent les conditions dans lesquelles ces fourrures sont obtenues. Retrouver donc ici ces diverses conditions cruelles.

La maltraitance des animaux à fourrure

La plupart des fourrures vendues sur le marché mondial proviennent d’élevages à fourrure, et les créateurs ne sont pas exactement dignes de leurs productions comme beaucoup le pensent. En réalité, la production de la fourrure est cruelle et elle provient généralement des animaux comme le Vison, le renard, le chien viverrin et le ragondin. Les conditions de vie de ces animaux dans les installations de la ferme sont très cruelles. En particulier, ils souffrent de malnutrition et la plupart sont maintenus en grand nombre dans de petites cages très insalubres. Ceci est propice à l’apparition d’un grand nombre d’infections à la ferme et favorise le développement de comportements assez positifs. Dans certaines fermes, les animaux s’automutilent même sous l’influence d’une pression constante.

Le dépeçage vif

Faire un manteau de fourrure demande l’abattage d’environ 50 visons. Bien qu’il soit préférable de tuer l’animal avant de retirer la peau, certains éleveurs sont clairement en désaccord. Dans certaines régions, en particulier en Chine, les animaux à fourrure sont fixés puis autorisés à survivre. Selon l’éleveur, cette pratique se traduira par une fourrure de haute qualité. Après l’écorchage, l’animal écorché souffrira d’une douleur extrême et finira par mourir d’une douleur extrême.

Le piégeage

Une autre façon d’extraire la fourrure est de capturer les animaux directement de leur habitat naturel. Encore une fois, la méthode utilisée ici n’est généralement pas facile à utiliser. En fait, les pièges utilisés pour capturer les animaux sont généralement des pièges à mâchoires. Lorsque l’animal marche et est immobilisé, ce dispositif en acier dentelé s’arrête violemment, provoquant des blessures très graves. Ce qui permet ainsi aux trappeurs de s’approprier de leurs proies et de se procurer les fourrures nécessaires.